TOUR CRISTAL 7 Quai André Citroën, 75015 Paris 01 70 64 96 90

Mesures et des mesures : l’impact de la data

Mesures et des mesures : l’impact de la data

Des chiffres qui appellent à toujours plus de relationnel

 

Géolocalisation, systèmes de notation de produit ou service, panier personnalisé, application de running, recommandations selon son profil… visible ou invisible, la data est désormais omniprésente dans nos vies.

Que l’on accepte de partager cette denrée immatérielle ou non, c’est désormais un fait : nous sommes segmentés, catalogués, étiquetés et nous en sommes aussi de plus en plus conscients.

Plus aguerris, plus avertis, les consommateurs d’aujourd’hui attendent en retour de la part des marques une autre forme de lien. Un lien plus authentique, plus réel, plus porteur de sens.

Bien plus que le secteur marchand, les associations, du fait de leurs missions, devraient être les plus à même de remplir ce rôle en apportant du sens à chaque donateur. Mais la data nous manque cruellement. Alors, au-delà du profil sociodémographique et du montant du don, comment mieux connaître nos donateurs ?

Mesures et des mesures : l’impact de la data

Des chiffres qui appellent à toujours plus de relationnel

L’impact du don : un levier d’engagement et de fidélisation du donateur

Le fundraising est en train de fondamentalement changer. Pour engager nos donateurs, nous devons aller vers plus de personnalisation et de pertinence dans nos messages. Les attentes sont réelles et manifestes. Les donateurs exigent le contrôle de leur générosité et la transparence de leur impact.

Cela s’illustre par la création de nouveaux leviers de collecte et de nouveaux moyens d’assouvir les besoins de transparence. Saviez-vous que le secteur caritatif dispose de son comparateur en ligne, aquidonner.com, et que Capital publie la liste des associations à qui donner en confiance chaque année ?

Alors, si nous aussi nous partagions nos data ? Face à des donateurs multi-associations, la seule publication des comptes ou le traditionnel état des lieux de début d’année ne sont plus suffisants. Les associations qui réussiront à rendre concret chaque euro « investi » ressortiront gagnantes de cette bataille de la pertinence de la data.

Enrichir notre compréhension des donateurs pour mieux répondre à leurs attentes

L’enrichissement par des données tierces historiquement utilisées ne peut plus suffire.

Alors, comment procéder ? La réponse peut paraître simpliste, mais nous devons instaurer un dialogue avec nos donateurs. En leur proposant de donner leur avis sur nos contenus comme le fait le Secours populaire français dans son e-newsletter Convergence ou en les interrogeant régulièrement au travers d’enquêtes pour recueillir une data essentielle : la raison de leur soutien à nos missions.

Une donnée qui nous permettra d’injecter plus d’intelligence relationnelle dans nos communications.

Convergence_isoskele
QUELQUES CHIFFRES CLÉS
- 6 E-mails par association en moyenne appellent au don sur la période de fin d’année.
- 5 % des E-mails de fin d’année utilisaient un format vidéo pour inciter au clic.
LEGAL virginie

Virginie Le Gal

Directrice conseil digital.